La faune et la flore

Les habitants du lieu : des espèces de tous horizons…

L’originalité principale est la présence d’espèces à caractère montagnard. L’explication est aisée si l’on en croit l’éminent botaniste haut-marnais Paul Fournier. Il écrivait en effet en 1924 dans le bulletin de la Société  d’Etude des Sciences Naturelles qu’il gèle dans les combes du plateau de Langres au moins une fois chaque mois, même en juillet et août ! Parmi ces espèces, citons par exemple l’Aconit napel, la Parnassie des marais ou le Choin ferrugineux pour la flore, ou le Cordulégastre bidenté, une des plus grandes libellules de la région.

La diversité de milieux naturels et leur qualité accentue cette richesse. De nombreuses espèces devenues rares peuvent s’observer ici. Des espèces liées aux zones humides : Trèfle d’eau, Linaigrette à feuilles larges, Ecrevisse à pieds blancs. D’autres dépendantes des espaces forestiers et de leurs lisières : Coronille des montagnes, Céphalantère rouge, Barbastelle d’Europe. Et même des espèces plus méditerranéennes qui subsistent sur la pelouse sèche : Hélianthème blanchâtre, Ascalaphe soufré. Et ce n’est qu’un rapide aperçu...

Nombre d'espèces connues sur la Réserve naturelle de Chalmessin

Pour les groupes d'espèces les plus étudiées...

Auxquels s'ajoutent 46 espèces de champignons, 135 de mousses, 52 de papillons de nuit, 22 d'araignées...

 

Zoom sur les papillons

Côté diversité, on a dénombré pas moins de 90 espèces de papillons « de jour », soit  plus de 75 % des espèces connues en Haute-Marne (et ce, sur seulement 120 hectares !). Quatre années d’inventaire sur les 2 petits hectares de la pelouse sèche ont permis d’y observer plus de 60 espèces, dont la moitié ne peut survivre que sur ce milieu particulier !

Et au-delà du nombre, signalons la présence d’espèces très rares voire rarissimes. Portraits…


Le Damier du frêne (Euphydryas maturna)
C’est une des 5 espèces les plus menacées de France ! Les principales populations ne subsistent aujourd’hui qu’en Bourgogne.
 


Le Fadet des tourbières
(Coenonympha tullia)
A l’instar du Damier, cette espèce fait également partie des 3 espèces considérées comme « en danger de disparition » sur la Liste rouge nationale. A-t-elle disparue de Chalmessin ? C’est en tout cas ce qu’on cherche à savoir. La dernière observation remontant à 1999, alors que la Linaigrette, sa plante-hôte, s’est développée.


L’Azuré des mouillères
(Maculinea alcon)
Cette espèce trouve sur le marais de Chalmessin et sur nombreux marais tufeux du Plateau de Langres, les conditions de sa survie. Elle exige à la fois la présence de Gentiane pneumonanthe et d’une fourmi du genre Myrmica ; sans ces 2 espèces, ce papillon ne peut se maintenir.

 

Quand des études récentes démontrent qu’en 20 ans, les populations de papillons ont fortement chutées, nul doute que des sites comme la Réserve Naturelle de Chalmessin jouent un rôle fondamental dans la préservation des espèces. Mais espérons que ça ne devienne pas un musée…